LE PHILOSOPHE RASTA

Originaire du sud du Tchad, Placide Ayreh s’est révélé au public n’djamenois en faisant la première partie du concert de Tiken Jah Fakoly au stade Idriss Mahamat Ouya en mai 2004.

Engagé dans la philosophie rasta, et influencé par des figures emblématiques de ce mouvement comme Bob Marley, Peter Tost ou Alpha Blondy, Placide compose ses propres textes.

Après sweet coconut, son premier album autoproduit en 2004, Placide a mis sur le marché son second album de huit titres baptisé Coup de cloche en 2010. C’est avec son troisième album de neuf titres intitulé Rêve produit par la maison Mangaral Production, que Placide Ayreh revient sur scène où il chante dans deux dialectes du Tchad : l’arabe local et le laka, mais aussi en français et en anglais.

A travers cet album, l’artiste s’engage pour la protection de l’environnement, dénonce les violations des droits de l’homme, et s’insurge contre la marginalisation de la femme.

Dans des rythmes pimentés, et loin de mâcher ses mots, Placide Ayreh nous offre une musique particulièrement engagée, porteuse de messages favorables aux valeurs humaines, il prône la liberté d’expression et l’égalité sociale.