Skip to Content

Home Page ONE ANTENNA in MULTI HOME PAGE 1 category

CALF

Historique et contexte :

Créés d’abord à Abéché puis à N’Djaména en 1986 sous le nom de Centre Audio-Visuels pour le Fonctionnaire Arabophone Tchadien (CAVIFAT), ces structures sont devenues les Centres d’Apprentissage de la Langue Française (CALF) en 1991. Le réseau s’est ensuite renforcé avec la création du CALF d’Adré en 2001, de celui de Sarh en 2002 et enfin du CALF de Moundou en 2003.

Cet outil d’apprentissage du français est un projet dynamique de coopération binationale entre le Tchad et la France qui est restructuré en 2006. Les CALF sont déclarés en association de droit public tchadien et deviennent l’Association des CALF du Tchad, bénéficiant toujours d’un double partenariat franco-tchadien. En 2011, un troisième partenaire, la délégation de l’Union européenne à N’Djaména, vient ponctuellement aider pour trois ans les CALF en subventionnant la construction, l’équipement et la formation des professeurs pour faire fonctionner deux espaces multimédias dans les CALF d’Abéché et N’Djaména.

L’organisation :

Au total, les cinq centres comptent actuellement une trentaine de professeurs tchadiens enseignant le français dont vingt-deux sont titulaires de l’Education Nationale et mis à disposition (MAD) des CALF par leur ministère. Le directeur de chacun de ces centres est un professeur MAD. Le ministère français des Affaires Etrangères met à disposition des CALF un volontaire international à Moundou et un expert technique international (ETI) qui coordonne l’ensemble du réseau des centres depuis N’Djaména. L’ETI a une mission d’impulsion et de contrôle à la fois sur le plan pédagogique, administratif, comptable et relationnel de la gestion de ces cinq centres.

Les CALF, hormis celui de N’Djaména qui dispose de locaux propres financés par la France depuis septembre 2008, sont hébergés dans les structures des maisons de la Culture de chacune des communes d’Abéché, d’Adré, de Moundou et de Sarh. Les ressources permettant aux CALF de fonctionner proviennent du fruit des activités d’enseignement dégagées par les centres et des deux partenaires des CALF :

– le SCAC de l’ambassade de France qui accorde une subvention d’aide au fonctionnement, des bourses et missions pour la formation des professeurs tchadiens et la mise à disposition de deux personnels expatriés (un VI et un ETI)

– le ministère tchadien de l’Education Nationale qui rémunère les vingt-deux professeurs détachés.

Deux centres sur les cinq ont une activité nettement plus intense et représentent à eux deux 80% de l’activité totale de l’ensemble du réseau. Il s’agit du CALF de N’Djaména (66%) et de celui d’Abéché (14%). Le conseil d’administration des CALF et les deux partenaires jugent cependant important de conserver ce maillage en province pour permettre une offre omniprésente d’enseignement du français au Tchad.

LES ACTIVITÉS ET LES RÉSULTATS

Le public :

Les CALF s’adressent à un public adulte et masculin à 78%, réparti, pour les actifs, en trois tiers entre la fonction publique, le secteur privé et le milieu estudiantin. Il faut noter qu’un quart des apprenants fréquentant les centres ne maîtrisent que très peu la lecture. Les formations pour débutants constituent ainsi une large proportion des cours réguliers organisés, notamment sur N’Djaména et l’est du pays (Abéché et Adré). Une récente évolution marquante est à signaler : le taux de féminisation est en augmentation constante (environ 3% par an depuis quatre ans pour atteindre 22% en 2012).

Les activités :

Les CALF ne sont fermés au public qu’au mois de septembre et proposent trois sessions de cours réguliers par an et une ou deux sessions de cours intensifs en juillet et août. Ils organisent parallèlement des cours à la demande (cours particuliers, formations sur objectifs spécifiques pour des publics précis : fonctionnaires de police, de mairie, de la justice, des finances, de l’armée, personnels d’ONG ou d’entreprises privées, équipes pédagogiques d’écoles privées…).

Les apprenants le souhaitant, sont invités à passer les examens DELF et DALF en fonction de leurs compétences acquises. Les CALF sont la seule structure habilitée au Tchad à organiser ces examens validant un niveau de français défini par le Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues.

Les résultats :

Toutes formations confondues (cours réguliers + cours particuliers + formations sur objectifs spécifiques), les CALF ont accueilli 2240 apprenants en 2004, 4800 en 2008 et en auront formé 6200 en 2012.

313 certifications DELF-DALF ont été validées en 2004, 387 en 2008 et 473 en 2012. Il faut souligner que depuis 2009, deux sessions DELF-DALF ont lieu chaque année en mai et décembre pour mieux répondre à la demande des apprenants.

La demande de formation et donc les activités ont globalement presque triplé depuis 2004. Cette très forte augmentation commence à s’atténuer depuis 2011 mais on peut prévoir qu’elle restera positive, notamment grâce au nouveau projet RECALF mis en œuvre en partenariat avec la Délégation de l’Union européenne.