Skip to Content

Home Page ONE ANTENNA in MULTI HOME PAGE 1 category

Cinéma / Festival Vision Documentaire

FESTIVAL DE CINÉMA : VISION DOCUMENTAIRE

03

Vision documentaire est un festival de cinéma initié par le poste de Kinshasa à l’Institut français en octobre 2014. Pour renforcer la diffusion des films sélectionnés et les échanges entre professionnels confirmés et débutants, l’Institut français du Tchad, en partenariat avec l’Attaché audiovisuel régional pour l’Afrique centrale, a proposé une première décentralisation du festival qui s’est déroulée sur 5 jours au cinéma Le Normandie à N’Djaména du 15 au 19 septembre. L’objectif à terme est de pouvoir coordonner un festival sur 5 pays francophones de cette zone (Congo, Gabon, RCA, RDC, TCHAD), ainsi qu’offrir aux réalisateurs une circulation de leurs œuvres, l’opportunité de rencontres et l’organisation d’ateliers workshops.

1. Circulation des œuvres et des artistes sur un territoire

L’objectif du projet est d’encourager réalisateurs et structures de chacun de ces pays à mettre en œuvre une édition du festival initiée à partir de la RDC. La sélection du festival de Kinshasa pourrait chaque fois être présentée et associée à une sélection d’autres films opérée par les artistes de chaque pays. Les Instituts français (et/ou Alliance Française) facilitent l’organisation des événements par la mise à disposition de leurs équipements, la rémunération des droits d’auteurs, la prise en charge du déplacement d’un réalisateur sur chacune des éditions (4 voyages au total pour chaque poste) et enfin les outils de communication et de diffusion. La première expérience s’est déroulée avec succès à N’Djaména, avec le concours du poste et de l’AF de Bangui pour le déplacement de la réalisatrice Pascale Serra-Nga, et du poste de Kinshasa pour la réalisatrice et productrice Clarisse Muvuba. Ce travail au Tchad a été renforcé par l’organisation d’un atelier d’écriture qui réunissait des réalisateurs tchadiens, sénégalais et tunisiens.

La programmation de cette première édition a permis la projection de 9 films : Matanga de Georges Kabongo et Marathon de Clarisse Muvuba – RDC ; Faire le deuil d’Allamine Kora– Tchad ; Béâfrika de Pascale Serra-Nga – RCA ; Examen d’État de Dieudo Hamadi – RDC ; De quoi avons-nous peur d’Annette Kouamba – Congo Brazzaville ; La Grande mosquée de Mahamat Hassan – Tchad ; Tsofa de Rufin Mbou – Congo Brazzaville.

2. Ateliers et rencontres professionnelles

Deux types d’ateliers ont réuni 40 professionnels (réalisateurs, techniciens, comédiens…). Dans le cadre des 5 jours du festival, 35 professionnels ont travaillé sur les thématiques suivantes : un état des lieux du cinéma documentaire dans les pays d’Afrique centrale, l’écriture de scénarios documentaires, les techniques de réalisation, les questions de production et de diffusion. Ces réalisateurs étaient des créateurs indépendants, mais aussi issus des deux télévisions tchadiennes (Télé Tchad et Etv), ainsi que de l’IUSTA (Institut universitaire des sciences et techniques d’Abéché). Cet institut a ouvert en 2012 à N’Djaména une filière pour la formation en journalisme et techniques de films documentaires, formation destinée à renforcer les équipes de la télévision nationale. Les participants issus de la première promotion seront à l’ONRTV ou sur le marché du travail à partir d’octobre 2015. Le dernier jour, cet atelier invitait les participants du second atelier à un workshop dirigé par le scénariste Jacques Fieschi (auteurs de scénarios pour Cyrille Collard, Maurice Piallat, Claude Sautet, Nicole Garcia, Olivier Assayas, Benoît Jacquot pour les plus renommés). Organisé par Sud écritures (Dora Bouchoucha, Lina Chaabane, Annie Djamal de Tunisie), ce deuxième atelier réunissait 5 jeunes réalisateurs invités à un travail de correction et de réécriture de leur scénario présélectionné au Fespaco en mars 2015 : Hinde Megdiche et Hamza Ouni de Tunisie, Fama Sow du Sénégal, Cyril Danina et Achille Adoumbaye du Tchad. Ces cinq réalisateurs partiront à Tunis pour une nouvelle session de travail en novembre prochain.

3. Organisation locale

Cette première édition décentralisée de Vision documentaire à N’Djaména était coordonnée par l’équipe de l’Institut français du Tchad, l’Attaché audiovisuel régional et le collectif des réalisateurs tchadiens ARÉPROT sous la présidence de Cyril Danina. L’édition a été possible grâce aux financements croisés des trois postes de Bangui, Kinshasa et N’Djaména, ainsi que le financement propre de Sud Écriture (OIF). Cette première édition à N’Djamena s’est déroulée dans la plus belle salle d’Afrique centrale : Le Normandie. Cette édition a été inaugurée et clôturée par le Ministre de la culture du Tchad, le Conseiller du Président de la République du Tchad et l’Ambassadrice de France.

Vision Documentaire a ainsi suscité une formidable émulation entre les réalisateurs tchadiens et des autres pays. Le public n’djaménois, au-delà de la communauté des professionnels, était au rendez-vous, un succès significatifmalgré un petit budget.

La prochaine édition de Vision documentaire se tiendra à Kinshasa en novembre 2015, la reprise par l’Alliance française de Bangui est programmée en mars 2016, et le retour à N’Djaména en septembre 2016.