Skip to Content

Home Page ONE ANTENNA in MULTI HOME PAGE 1 category

Introduction à l’observatoire de l’imaginaire national

N’Djaména  :  Un  observatoire  de  l’imaginaire  national

Mettre en valeur l’artiste au cœur de la société civile comme un acteur déterminant de l’émancipation des peuples et du développement est une évidence pour tous les acteurs du secteur artistique et culturel. Mais cette évidence est beaucoup moins bien partagée par les acteurs du développement au sens large.

Pour définir une maquette de ce que pourrait être un projet global valorisant l’artiste en qualité d’acteur de la société civile pour le développement, nous avons défendu l’idée de consacrer une partie de l’enveloppe d’un dispositif du Ministère français des affaires étrangères et du développement international : le Fonds social de développement. 150 000 euros y ont été consacrés sur une enveloppe totale de 500 000 euros pour financer des projets entre 10 000 en 30 000 euros sur 18 mois. L’objectif était aussi de pouvoir former les équipes artistiques à rédiger des appels à projet de l’UE. Plus d’une cinquantaine d’artistes dessinent les premiers axes de travail de ce que nous avons regroupé sous le nom « Observatoire de l’imaginaire national ». Ils ont été immergés dans l’espace public et ont travaillé en direct avec les populations. Ce dispositif a été renforcé par l’accueil d’artistes étrangers en résidence financés sur d’autres appels à projet de l’Institut français notamment (IFPROG). Cette première phase de l’Observatoire a fait l’objet de l’édition d’un livre d’art aux éditions Créaphis N’Djaména-Tchad et d’une diffusion en France, notamment à la cité de l’architecture, la galerie du Bar Floréal, le musée du quai Branly. Trois des quatre chorégraphes associés au projet ont été sélectionnés par Dominique Hervieu lors de l’édtion 2014 de la Biennale de la danse.Ces projets ont été associés à un second projet de l’Institut français/Paris « Liaisons Urbaines » avec le Maroc et le Bénin. Projet qui fera, lui-aussi, l’objet d’une publication en novembre 2015.

Communication  du  6  février  2013  dans  le  cadre  du  colloque  «  N’Djaména  : Penser  la  ville-­‐capitale  de demain  ».

Observatoire  :  Lieu  d’où  l’on  observe.

À  l’inverse  des  autres  villes  de  l’État  tchadien  qui  incarnent  chacune  une  identité  particulière,  N’Djamena est  un  carrefour  migratoire  des  populations  et  des  éthnies.  Lieu  par  lequel  on  passe,  lieu  où  l’on  séjourne, où  l’on  se  pose.  Lieu  privilégié  duquel  il  est  possible  d’observer,  d’étudier  les  flux  des  peuples  migrateurs. N’Djamena,  c’est  un  peu  cela  :  une  ville  nouvelle  qui  rassemble  tous  les  peuples  du  Tchad.

Les  mouvements  de  ces  populations  constituent  l’essence  même  de  la  ville  lisible  dans  l’architecture façonnée  par  les  modes  de  vies  des  différents  peuples  qui  s’y  arrêtent,  dans  les  modes  de  circulation  à l’intérieur  des  quartiers  et  entre  les  quartiers,  dans  la  répartition  géographique  des  différents  métiers  qui organisent  la  vie  économique  de  la  cité  et  bien  sûr  dans  l’expression  culturelle  des  individus  comme  des groupes  ethniques  qui  la  composent.

La  ville-­‐capitale  devrait  tirer  son  identité  du  dialogue  entre  tous  les  peuples  du  Tchad  qui  l’habitent. Seulement  force  est  de  constater  que  N’Djaména  est  une  ville  où  les  populations  ne  vivent  plus  ensemble. Une  situation  qui  n’est  cependant  pas  historique  ou  culturelle  mais  héritée  des  conflits  de  1979.  Avant cette  période  chacun  s’accorde  à  penser  que  le  partage  entre  les  quartiers  sud  et  nord  était  une  réalité aujourd’hui  perdue.  Comment  la  restaurer  ?

Imaginaire  :  Même  si  le  Tchad  est  un  État  mosaïque  nourri  des  imaginaires  de  chacun  de  ses  peuples, c’est  dans  la  connaissance  et  la  reconnaissance  de  chacune  de  ces  cultures  qu’on  définira  les  grandes lignes  de  ce  qui  constuit  l’imaginaire  national.   Imaginaire,  parce  que  l’avenir  se  construit  sur  des représentations  imaginaires  qui  s’imposent  par  une  force  autant  pragmatique  que  poétique.  Il  n’y  a  pas  de développement  sans  vision  poétique  du  monde.  C’est  de  poésie  et  d’imaginaires  que  les  peuples  se nourrissent,  c’est  dans  la  confrontation  de  ces  univers,  par  une  connaissance  mutuelle  que  les  peuples apprennent  à  vivre  ensemble.  Les  imaginaires,  ici,  sont  autant  les  représentations  que  l’on  se  fait  du monde  de  demain  que  les  récits  oniriques  ou  poétiques  de  l’Histoire.

National  :  Qu’est  ce  qu’une  Nation  ?  Elle  ne  se  décrète  pas,  elle  ne  s’impose  pas,  par  aucune  force  que  ce soit.  Une  nation  c’est  comme  une  langue  composée  d’une  multitude  de  langages.  Personne individuellement  ne  peut  prétendre  connaître  une  langue,  même  sa  langue  maternelle.  On  s’apprivoise  à une  langue  en  y  puisant  ce  qui  nourrit  la  construction  de  notre  personnalité,  de  notre  imaginaire  :  la langue  que  l’on  pratique  devient  un  langage  et  il  y  a  autant  de  langages  que  d’invidus  qui  composent  une Nation.  La  question  de  la  langue  ou  des  langues  n’est  pas  étrangère  à  la  construction  des  sentiments nationaux.  Les  expressions  artistiques  sont  autant  de  langages  qui  écrivent  la  partition  polyphonique  de ce  qui  nourrit  les  sentiments  nationaux.   La  pluralité  des  expressions  n’est  pas  un  frein  à  la  construction du  sentiment  national,  elle  en  constitue  -­‐  au  contraire  -­‐  la  richesse  patrimoniale  et  le  ciment  d’une cohésion  sociale  et  nationale.

Mais  cette  pluralité,  si  elle  n’est  pas  respectée,  valorisée  et  partagée  peut  devenir  la  source  des  conflits  les plus  déchirants.

L’observatoire  de  l’imaginaire  national  aurait  pour  objectif  de  réunir  des  compétences  pour  travailler au  décryptage  de  ce  qui  peut  faire  le  ciment  d’une  identité  nationale  :  Institutions  culturelles,  artistes, chercheurs,  élus.

Qu’est  ce  qu’une  identité  nationale  ?

C’est  à  la  fois  la  réalité  d’une  histoire  commune  et  les  narrations  que  l’on  en  fait.  Je  m’explique.  L’Histoire n’est  pas  une  succession  de  faits  historiques,  c’est  la  manière  dont  on  écrit  la  narration  de  ces  récits  qui fait  l’Histoire.  Elle  devient  une  réalité  d’un  autre  ordre  qui  repose  sur  des  mythes  fondateurs.  Les  auteurs de  ces  narrations  sont  les  artistes.  Les  narrations  qui  persistent  et  résistent  au  temps  constituent  les oeuvres.

Les  Saos  ?  Toumaï  ?  Quelles  figures  ou  représentations  nationales  pour  le  Tchad  ?

La  nation  :  une  affaire  de  temps.

On  le  voit  bien,  l’appropriation  des  sentiments  nationaux  partagés  par  le  plus  grand  nombre  vient  de  la sédimentation  des  cultures  patrimoniales  et  identitaires  connues,  reconnues  et  partagées  par  les Hommes  qui  compose  la  nation.

Un  demi  siècle  d’autonomie  ou  d‘ «  indépendance  »,  ce  n’est  pas  beaucoup  à  l’égard  de  ce  phénomène  de « sédimentation »,  il  faut  accepter  de  se  donner  du  temps.

Il  y  a  en  revanche  une  urgence  :  construire  ou  reconstruire  la  mémoire  collective.  Collecter  les  images,  les traces,  la  mémoire  de  ces  identités  trop  peu  partagées  aujourd’hui  :

­‐  Collectage  du  patrimoine  matériel  et  surtout  immatériel,

­‐  inventaire  de  ces  patrimoines,

­‐  analyse  scientifique,

­‐  valorisation  pour  l’ensemble  de  la  population.

Le  musée  national  et  la  bibliothèque  nationale  sont  deux  équipements  nouveaux  et  emblématiques  de  la ville-­‐Capitale.  Ils  doivent  être  associés  au  travail  de  cet  observatoire  de  l’  imaginaire  national  du  Tchad.

L’ouverture  nécessaire  vers  le  monde

Une  culture  vivante  n’est  pas  une  culture  qui  se  fige  dans  le  récit  nostalgique  d’un  passé  ;  une  culture vivante  est  celle  qui  apprend  à  faire  de  ses  traditions  le  terreau  pour  que  fleurisse  la  culture  des générations  contemporaines.  La  création  «  contemporaine  »  ou  «  d’aujourd’hui  »  est  le  patrimoine  de demain.  Elle  puise  dans  ses  racines  l’énergie  et  la  dynamique  de  se  confronter,  de  se  frotter  à  une modernité  qui  est  aujourd’hui  nécessairement  internationale.

Proposition  d’une  méthodologie  de  travail  :

    Préfiguration  :

DIALOGUE  INTERCULTUREL  AVEC  LES  HABITANTS

– Organisation  de  résidences  de  création  associées  à  une  réflexion  sur  les  espaces  publics.

‐ Restaurer  la   place  des  artistes  en  qualité  «  d’auteurs  publics  »  au  sens  «  d’écrivains  publics  »  pour restituer  la  parole  ou  le  regard  des  habitants.  Ils  mettront  en  scène  les  relectures  de  la  ville  qu’en feront  les  habitants,

­‐ Incitation  au  débat  public  dans  un  esprit  de  démocratie  participative  ;  proposition  de  mettre  en place  des  «  États  généraux  pour  le  renouveau  de  N’Djamena  ».

TRAVAIL  SCIENTIFIQUE

­‐ Organiser  le  collectage,  la  conservation  et  la  valorisation  des  patrimoines  identitaires  autour  de l’écriture  d’un  projet  pour  le  musée  national  et  la  bibliothèque  nationale.

­‐ Mise  en  place  d’un  groupe  de  travail  préfigurant  un  laboratoire  universitaire  pour  assurer  les liens  entre  les  différentes  disciplines  scientifiques  concernées  :  Architecture,  urbanisme, sociologie,  beaux-­‐arts  et  littérature.

   Structuration  :

‐ Mise  en  place  d’un  laboratoire  universitaire  au  sein  de  l’université  de  N’Djamena  (faculté  de sociologie  et  formations  dans  les  secteurs  de  l’architecture  et  de  l’urbanisme)  adossé  à  une université  française.  Laboratoire  destiné  à  produire  un  feed  back  sur  les  projets  artistiques  mis  en oeuvre  dans  cette  perspective