Guevara Ragilfal
Beaucoup de mélomanes se disaient que Guevara Ragilfal avait quitté la scène musicale tchadienne, jusqu’en décembre 2012 où il a refait surface avec une magnifique surprise en mettant gratuitement à la disposition du public Top-one, un single  en mode love  dont la vidéo peut se télécharger  sur You Tube.
Au cours de la même année, en avril 2013 on a pu enfin  redécouvrir sur scène l’auteur au riche répertoire dont le tube Fac à nu. Ce fut lors d’un Café Concert très apprécié par le public ndjamenois offert le 26 avril 2013  dans les jardins de  l’IFT.
C’est un Ragilfal métamorphosé en bête de scène que le public venu nombreux a  pu  admirer ce jour là. Un moment magique ou les mélomanes ont dansé  pendant plus d’une heure. Plus que jamais, Guevara Ragilfal a confirmé sa maturité. De l’Afro- Rap au Reggae  en passant par les rythmes traditionnels tchadiens et Ouest africain, l’hybridation est réussie.
Guevara n’est pourtant pas un inconnu, né il y a une trentaine d’années, il a commencé la musique en chantant avec Kaar Kaa Son puis dans le groupe Mega System Fuls créé avec quelques amis. Parti en Afrique de l’Ouest pour poursuivre ses études,  il en  revient en 2006 avec Déposition, un album enregistré au Ghana et au Togo.
En 2010, Vent d’ouest, son deuxième album est enregistré à Ouagadougou avec les Faso Kombat. Il dit avoir orienté son style vers le Reggae car selon lui, le message passe plus aisément. C’est ce nouveau Ragilfal qui nous promet une grande messe musicale ce vendredi 3 Octobre 2014 dans la salle de spectacle de l’Institut Français.