Mounira Mitchala, de son vrai nom Mounira Khalil Alio, née en 1979 à N’Djamena, réalise un brillant parcours d’étudiante jusqu’à l’ENAM (Ecole Nationale d’Administration et de Magistrature) qui lui ouvre le poste de greffière en chef en 2004, puis celui de responsable du centre de documentation et de recherche juridique au Ministère de la Justice.
Très tôt passionnée par le chant, Mounira concilie études et musique en chantant le soir dans les bars branchés de la capitale. En  2000, lors de la fête de la musique, elle est immédiatement repérée. C’est le début de son aventure musicale. Dès lors, elle enchaîne les concerts en solo dans la capitale et est invitée à jouer aux côtés de nombreux artistes de renommée internationale (H’Sao, Tiken Jah Fakoly, Ismaël Lo …). En 2005, elle est repérée par le compositeur Frédéric Galliano pour la tournée «African Divas», qui voyage dans le monde entier (Europe, Afrique, Etats-Unis).
En 2007, à 28 ans, le jury du Prix Découvertes RFI, présidé par le Malien Salif Keita, la récompense du 1er prix qui lui permet d’obtenir une tournée et une bourse pour produire son 1er album. Cet album s’appellera « Talou Lena » et sortira l’année suivante. Sur des rythmes traditionnels, Mounira y rend hommage à l’Afrique, à son pays, le Tchad, et à la femme africaine. A travers ses chansons, elle dénonce le mariage forcé, fait une campagne contre l’avancée du désert, le génocide du Darfour, la guerre civile qui ravage le Tchad, la discrimination faite à l’encontre des malades du SIDA, l’excision… Lors de sa tournée promotionnelle, elle fait plusieurs apparitions scéniques remarquées aux côtés de Tiken Jah Fakoly, Ismaël Lô. En 2012, son second album « Chili Houritki » est la confirmation de sa singularité artistique. Sa chanson « Indépendance », qui appelle la femme africaine à l’autonomisation et à l’éveil, remporte le premier prix de la meilleure artiste féminine d’Afrique Centrale au Kora Awards.