COMPAGNIE DJAMAH AFRIK.

PIÈCE ADAPTÉE DE KOULSY LAMKO : PAROLES DE FEMMES

“Qu’il est long le chemin de croix qu’éprouvent les pieds de la femme, qu’il est éprouvé le sentier qui porte les pieds blancs de la femme en croix, seule avec sa solitude, l’humanité couche tôt la femme pour enfanter dans la souffrance des petits diablotins espiègles et cruels … Et la vierge au diadème de ronces, drapée dans un tissu social de souffrance, brandira le phallus pour lutter. Telle serait, en substance, la pièce de Koulsy Lamko : Paroles de femmes.

Ce spectacle présente avec force et acuité les injustices que subit la femme derrière la femme, la femme derrière l’étudiante, la femme derrière la secrétaire, la femme derrière l’amie, la femme derrière la prostituée… la femme derrière sa condition. Elle engendre dans la douleur, un monde de violence et d’injustice. On l’a tuée à chaque fois qu’elle a aimé la vie, qu’elle a aimé un homme, qu’elle a aimé un enfant, qu’elle a aimé l’amour.

Pieds blanc ou le diadème de ronces, montre qu’il n’y a pas d’un côté une humanité féminine et de l’autre côté, une humanité masculine, que la violence faite à la femme rend malade l’humanité toute entière.”

Bonaventure Madjitoubangar.

En la mémoire d’Arlette DENEMBAYE DOMBAL, qu’elle repose en paix.

Avec le soutien de La tente d’Abraham pour son accueil en résidence.
Adaptation et mise en scène : Bonaventure Madjitoubangar. Interprétation : Léonie YOUMBA. Dramaturgie : Souleyman Abdelkérim Chérif. Son et lumière : Gondi Ferdinand NANGA. Bruitage : Djasra Ratébaye. Administration : YAMADJI Denis.